L’hypertrophie bénigne de la prostate : quelles solutions naturelles ?

Un grand nombre d’hommes est sujet à l’hypertrophie bénigne de la prostate en vieillissant. En effet, plus de 50% des hommes âgés de 60 ans seraient touchés et 90% des hommes de plus de 80 ans. Cette évolution naturelle du volume de la prostate peut entraîner des troubles urinaires et/ou des problèmes d’érection. Heureusement, il existe des alternatives naturelles efficaces pour limiter certains inconforts.

Les fonctions de la prostate

La prostate est une glande qui fait partie de l’appareil génital chez l’homme. Elle a la forme d’une châtaigne d’environ 3 centimètres de hauteur et 4 centimètres de largeur. Le poids normal est d’environ 20 grammes. Elle se situe sous la vessie en avant du rectum. Plus précisément, elle entoure le début de l’urètre masculin qui assure deux fonctions majeures :

  • D’un côté, l’urètre permet d’éliminer l’urine de la vessie. La prostate joue ainsi un rôle élémentaire dans le bon fonctionnement de l’appareil urinaire chez les hommes. 
  • D’un autre côté, l’urètre intervient dans la fertilité masculine puisqu’il aide à transporter le sperme pendant l’éjaculation. La prostate fait ainsi partie du système génital de l’homme, au même titre que le pénis ou les testicules. Elle produit 10 à 30 % du liquide séminal qui est le constituant du sperme. Le reste est fabriqué par les vésicules séminales. Ainsi, la prostate participe à la formation et la maturation des spermatozoïdes. 

La prostate est dite hormonodépendante. En d’autre terme, elle évolue en fonction des changements hormonaux. Son développement et son volume sont liés à la production de testostérone. Sous l’action d’une enzyme, la 5 alpha-réductase, la testostérone se transforme en dihydrotestostérone (DHT). Et une teneur élevée en DHT est néfaste pour les tissus pancréatiques. 

Qu’est-ce que l’hypertrophie bénigne de la prostate ?

A partir de 50 ans, la prostate grossit physiologiquement chez l’homme. On parle alors d’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) ou encore d’adénome de la prostate. Ainsi, le volume de la prostate augmente naturellement. Elle devient « hypertrophiée » avec un poids pouvant atteindre jusqu’à 100 g.

hyperplasie prostate

Ce surdéveloppement de la prostate va alors appuyer sur l’urètre entraînant des désagréments au niveau du système urinaire comme :

  • un besoin fréquent d’uriner
  • une nycturie (mictions nocturnes)
  • une faible pression du jet urinaire
  • des difficultés à uriner

Certains se plaignent aussi de troubles de la sexualité avec notamment des pannes sexuelles, une diminution de la libido,…

L’HBP est provoquée par une accumulation de dihydrotestostérone qui a tendance à stimuler la multiplication des cellules prostatiques, et donc de la faire grossir. 

A ce jour, nous ne connaissons pas vraiment les causes mais la prédisposition génétique fait partie des facteurs de risques. Pourtant des solutions naturelles existent pour affronter ces gênes au quotidien. 

Quelles solutions naturelles contre l’HBP ?

Certaines plantes sont réputées pour leurs bénéfices sur l’hypertrophie bénigne de la prostate. Certaines peuvent agir sur la diminution du volume de la prostate et sur les gênes urinaires comme l’ortie, le pépin de courge et le Serenoa repens. 

Pépin de courge

Le pépin de courge agit favorablement sur les tissus de la prostate. Il aide à améliorer le flux urinaire et soulage les désagréments liés au vieillissement de la prostate. Les pépins de courge sont ainsi favorables à la santé de la vessie et de la prostate.

Ortie, Chiendent et Bruyère

Ces 3 plantes sont réputées pour leurs propriétés sur le rein. Elles permettent un meilleur confort urinaire en stimulant les fonctions d’élimination.

Serenoa repens

Appelé également Palmier nain ou en anglais Saw palmetto, la baie de Serenoa repens est une solution efficace à l’hypertrophie bénigne de la prostate chez l’homme de plus de 45 ans. Elle est capable d’inhiber l’enzyme 5 alpha-réductase qui réduit ainsi le volume de la prostate sans effet secondaire. Cette plante permet de maintenir une fonction urinaire normale. 

Enfin, une supplémentation en zinc est aussi très intéressante car il contribue au maintien d’un taux normal de testostérone dans le sang. En effet, un déficit en zinc peut amener à produire moins de testostérone. Cet oligo-élément intervient dans les fonctions de reproduction. De même, le sélénium est également conseillé en cas de HBP car il maintient une spermatogenèse normale.

Nos solutions pour votre confort prostatique et urinaire